environnement- sain-deconnexiondesing-deconnectetoi-adoption-spa-récit-chien-animaux

Les oreilles au vent, histoire d’une adoption SPA.

Share Button

Les oreilles au vent, histoire d’une adoption SPA.

 

L’arrivée de l’héritier poilu, ou comment une adoption SPA peut changer nos vies.

Un copain à fourrure. Depuis que je suis gamine j’en rêve. Les animaux, de toute façon ça a toujours été mon truc. Les éléphants, les singes, les loutres, les chats… et puis les toutous.

Au refuge en Thaïlande, nous en avions une quinzaine. Régulièrement abandonnés devant nos portes, bourrés de tiques et de puces. Souvent malades ou blessés et laissés à nos soins permanents après une opération trop coûteuse ou un traitement trop contraignant. Mais toujours heureux, réclamant des caresses, de l’amour.

Je me suis toujours dit qu’une fois rentrée, posée, j’adopterai. Mais je savais bien que ce n’étais pas une responsabilité à prendre à la légère.

C’est un engagement. De son temps, de son énergie, d’une bonne partie de son budget et d’un peu de sa liberté.

Mais ça en valait mille fois la peine.

J-15 / A la recherche de mon chien.

J’ai commencé mes recherches sur le site de la SPA dès l’instant où j’ai posé mes valises dans ma nouvelle maison avec jardin.

Pourquoi la SPA ? Parce que je voulais aidé un animal dans le besoin et lui offrir une vie meilleure. Le sortir de sa cage. Lui redonner une chance.

Beaucoup d’animaux sont abandonnés à certaines périodes critiques de l’année avant les départs en vacances le plus souvent. Des chatons et chiots reçus en cadeau pour Noël et qui une fois l’été arrivé se révèlent bien encombrants pour leurs adoptants involontaires. Beaucoup se perdent, certains sont secourus de traitements malveillants. Des centaines de boules de poils dans le besoin.

J’appréhendais beaucoup de me retrouver dans un centre SPA avec la boule au ventre et une envie irrésistible de tous les sauver, sans pouvoir le faire. Mais les adoptions sont maintenant plus sereines.

J’ai trouvé Miko – alors Domino –  sur la page internet de la SPA de Bordeaux. Un croisé épagneul et griffon de 7 ans, déjà à l’adoption depuis quelques mois. Une bouille de clochard et un regard de charmeur, j’ai tout de suite su que ça serait lui.

J-7 / Entretien d’embauche – ou presque.

J’ai contacté le bureau des adoptions et ai obtenu un rendez-vous de pré-adoption assez rapidement. Des formalités que j’ai trouvé étranges au premier abord, mais qui sont indispensables.

Un bilan de mon parcours professionnel et personnel. Des questions sur mes hobbies, comment j’employais mon temps libre. Sur mon budget. La SPA ne rigole pas avec le « recrutement » des adoptants, et c’est bien normal. Parce qu’ils veulent s’assurer que les animaux seront en sécurité et heureux, mais aussi parce qu’il connaissent bien chacun d’entre eux, leur passé, leurs traumas, leurs besoins.

Miko est un abandonné involontaire, son premier maître a succombé à une longue maladie. Depuis, il a passé quelques mois en cage et a été accueilli dans une pension dans l’attente d’être adopté. Jamais maltraité, il a eu peu d’interactions avec d’autres animaux et les redoute donc. Il a besoin d’attention, de beaucoup de temps et n’aime pas trop être seul.

J’étais alors sans emploi, avais beaucoup de temps libre, c’était parfait. Je passe le test et décroche une entrevue avec la boule de poils, c’est parti !

environnement- sain-deconnexiondesign-deconnectetoi-adoption-spa-récit-chien-animaux

Jour-J / La rencontre.

Pas beaucoup dormi, beaucoup cogité. Flashée au radar en route pour le refuge, je suis au delà de l’excitation. J’ai équipé toute la maison de panier, couverture, gamelles et jouets, ai fait l’acquisition d’une laisse, d’un collier, d’un énorme paquet de croquettes, je suis prête. Je ne sais pas du tout comment va se dérouler cette rencontre. Est ce que c’est une simple visite ? Je suis stressée mais ravie. Quand j’arrive, la gérante du refuge part chercher Miko. Je ne rencontrerai que lui, et c’est tant mieux. C’est une question de seconde. Il se montre tout de suite à l’aise, curieux, amical. Banco. Une heure et quelques paperasses plus tard, on repart ensemble.

… Un an plus tard, le bilan.

Des agents de la SPA sont venus faire un rendez-vous de bilan après quelques mois d’adoption. Pour s’assurer que Miko était heureux et en sécurité, mais aussi pour m’assister dans tous les problèmes d’éducation que je pouvais rencontrer. Une vraie prise en charge, un vrai suivi et des équipes qui veulent vraiment faire leur possible pour assurer une adoption réussie.

Un toutou super heureux, ça c’est vraiment le plus beau.

Super câlin, je ne peux pas faire un pas sans qu’il me l’emboîte. Attentif à chaque mot, les oreilles toujours en mouvement, Miko est simplement adorable. C’est une relation qui dépasse mes espérances, une complicité que je n’ai trouvé nulle part ailleurs et ce même si je ne l’ai pas connu dans sa jeunesse. Attentif, toujours envie d’apprendre, d’en être, peu importe où je vais, ce que je fais, j’ai un assistant on ne peut plus dévoué.

Quelques échecs dans l’éducation se sont clairement fait sentir.. Miko a sa place sur le canapé, et jusqu’au bureau.

Sur le canapé, parce que sous ses 20 kilos de muscles, c’est une petite flipette. De l’orage, des feux d’artifice, des cris d’animaux à la TV. Les nuits d’orage, je me retrouve à dormir sur le canapé avec lui sinon c’est l’insomnie pour nous deux. Et ça a beau être inconfortable, dès que son petit museau vient me réveiller quand ça commence à gronder dehors, je n’hésite pas une seconde.

Blotti contre moi il s’apaise, et pour rien au monde je ne bougerai une oreille quand il s’endort sur mes genoux.

Des traumas qu’on a pas su gérer aussi et encore du boulot à faire.

Il ne supporte pas bien la solitude, et après quelques remarques des voisins, j’ai décidé de l’emmener partout avec moi. Parfois je dois me priver de sorties où il ne pourrai m’accompagner. Des petits compromis que je fais sans hésiter, après tout, moi aussi je préfère quand il est avec moi. Je l’emmène donc au boulot depuis quelques mois maintenant. Il se tient prêt chaque matin, grimpe en voiture et assure fièrement la position de co-pilote jusqu’à ce qu’on arrive à destination. Il se couche sagement et m’assiste silencieusement, trop heureux d’être avec moi. Heureux, on l’est tous les deux.

On travaille encore sur ses relations avec les autres toutous, difficiles au début. Quel bonheur aujourd’hui de le voir jouer avec ses potes. On y va doucement avec l’aide de notre éducatrice, mais ça progresse.

C’est du boulot, de l’investissement, c’est clair. Mais le voir courir sur la plage les oreilles au vent, ça n’a pas de prix.

Trop de bonheur.

Alyo.

environnement- sain-deconnexiondesign-deconnectetoi-adoption-spa-récit-chien-animaux

 

 

Share Button